La métaphysique pour les nuls

Le matérialisme raconte que ce qui arrive en premier, c’est la matière, et que l’esprit est issu de cette matière.Il serait fastidieux de tout raconter et de suivre le déroulement chronologique de cette querelle, sans doute indéterminée. Il faut pourtant relever que toute une posture d’esprit s’y reflète. La métaphysique a tendance à rechercher ce qui est originel ; elle revient sans relâche vers le questionnement de l’origine. Dans l’ordre du savoir, elle est une prérogative sur les principes, – les premières notions, – de toutes études scientifiques.

La métaphysique dans les arts

Par ailleurs dans les arts, elle cherche à élucider ce qui est à l’origine, ce qui est le détonateur de tout. La théorie de la connaissance, sous cette forme inversée, est amenée à poser par une démarche logique, d’une façon ou d’une autre, la question de la source : origine de nos idées et origine de nos principes rationalisés. Sous une autre forme, l’attitude métaphysique consiste à se préoccuper des problématiques du commencement et de la fin, particulièrement en ce qui concerne la nature première de l’humain, sa naissance et sa mort, ce qui était avant et ce qui arrivera après. C’est un questionnement personnel qui est en phase avec l’épanouissement spirituel (voir spirituel.guide) et son développement personnel.

D’où viens-je, où vais-je ?

Ici, la métaphysique s’efforce, en dehors de toute notion d’expertise, de répondre à l’inquiétude existentielle de l’homme face à la mort ; et elle entretient cette crainte. L’homme, qui se sait de passage sur terre, essaye de comprendre la réalité de son être, sans notion de temps et d’espace, dans une permanence ou dans l’infini.

Laisser un commentaire